Initiatives transfrontalières de développement local

Le défi

Les zones transfrontalières sont depuis longtemps un enjeu central pour la stabilité de l’Afrique de l’Ouest.

D’une part, ce sont des zones d’échanges dynamiques entre les communautés frontalières en raison de leurs liens culturels et ethnolinguistiques communs. D’autre part, la porosité des frontières a facilité la prolifération de trafics illicites et elle est de plus en plus considérée comme un danger pour la sécurité, dans un contexte où des groupes armés menacent les moyens de subsistance des communautés frontalières en causant des destructions et des déplacements de populations massifs. L’absence relative de gouvernement central et le manque de services de base alimentent également l’instabilité de nombreuses zones transfrontalières. Pourtant, il y a beaucoup à gagner d’une collaboration transfrontalière entre des collectivités locales qui non seulement ont une frontière commune mais rencontrent aussi les mêmes difficultés en matière de développement et de sécurité.

Notre contribution

Pour relever ce défi, l’UNCDF, en collaboration avec l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et le gouvernement du Luxembourg, a lancé en 2012 le programme d’Initiatives transfrontalières de développement local (LoBI), d’abord mis à l’essai au Mali, au Niger, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Sur une période de cinq ans, le programme LoBI a soutenu la mise au point de stratégies et de politiques transfrontalières aux niveaux national et régional et la création d’un mécanisme régional de financement des initiatives transfrontalières. Au niveau local, le programme est conçu pour piloter de nouveaux mécanismes de gouvernance et de financement visant à aider les collectivités locales à mettre en place des initiatives transfrontalières, comme des projets d’infrastructure ayant un élément transfrontalier ou des activités transfrontalières de consolidation de la paix.

Depuis son lancement, le programme LoBI a grandement contribué à la conception et à la définition du mécanisme régional de financement basé à l’UEMOA. Au niveau national, le programme a fourni un appui analytique pour aider à promouvoir l’inclusion de la coopération transfrontalière dans le processus d’élaboration des politiques nationales. Par exemple, au Mali, la coopération transfrontalière a été incluse pour la toute première fois dans la législation nationale relative à la coopération intercommunautaire. La contribution du programme LoBI est surtout visible dans la zone IIR-Sahel entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali, où l’UNCDF a fourni une assistance technique et des subventions afin d’investir dans des projets d’infrastructure ayant un impact transfrontalier, plus particulièrement dans le secteur de l’élevage et de l’alimentation.

Et après?

Le programme LoBI étant arrivé au terme de son cycle de mise en œuvre en juin 2017, le premier enjeu consiste à s’appuyer sur les réalisations accomplies entre 2012 et 2017. L’appui du programme à la création d’un mécanisme officiel de gouvernance dans la zone IIR-Sahel est un modèle à suivre pour promouvoir des initiatives similaires dans d’autres zones transfrontalières. Avec le soutien du PNUD, davantage d’investissements et d’initiatives transfrontalières ont été soutenus en 2017, y compris dans la région de Diffa, au Niger. S’appuyant sur ces expériences, le programme LoBI s’efforcera de renforcer son partenariat avec le PNUD et le G5 Sahel afin de continuer à consolider la paix grâce au développement économique local, en travaillent en priorité avec les collectivités locales des zones transfrontalières.

Ce Programme est Actif dans les Pays Suivants

LoBI en Chiffres

Reportages sur le terrain

Our Team

New York

Christel Alvergne

Deputy Director, Local Development Finance