News

For More Financial and Digital Inclusion in Madagascar

  • June 22, 2020

  • Antananarivo, Madagascar

« L'éducation financière m'aide beaucoup dans la gestion des finances de mon ménage. Maintenant, j'ai un objectif plus clair en épargnant. Mais j'économise aussi pour les imprévus.»

Christine Razanamaro
Bénéficiaire de la première campagne d'éducation financière

Je suis désormais également convaincue par les avantages des services de finance numérique. En fait, j'ai maintenant ouvert un compte Money Mobile et cela m'aide à économiser de l'argent. Le grand avantage est que je n'ai plus peur que les «dahalo» me volent mon argent »

Christine Razanamaro
Bénéficiaire de la première campagne d'éducation financière

[Only available in French]

L’UNCDF facilite l’accès aux capitaux publics et privés aux populations les plus démunies dans les 47 pays les moins avancés du monde (PMA). À Madagascar, l’UNCDF participe à la mise en œuvre du projet d'appui aux mécanismes endogènes pour le dialogue communautaire et l’amélioration des conditions économiques des populations vulnérables dans le Sud de Madagascar (AME).

Ce projet est financé par le Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix ("Peace Building Fund" – "PBF") et est conjointement mis en œuvre par quatre agences du système des Nations Unies : UNFPA (pour la mise en place de plateformes communautaires), UNESCO (pour l'alphabétisation, la formation professionnelle et la promotion culturelle), la FAO (appui en matière agricole et commercialisation) et l’UNCDF dans huit communes de la région Anosy (Tsivory, Marotsiraka, Ebelo, Betroka, Ianabinda, Ivahona, Mahabo) et de la région Androy (Beraketa).

259 groupes répartis sur 6 communes

A travers ce projet, l’UNCDF développe des solutions financières innovantes alliant groupes d’épargne et utilisation de la téléphonie mobile. L’UNCDF facilite la mobilisation et la sécurisation de la petite épargne des bénéficiaires réunis en groupes mis en place par la FAO. Dans un premier temps, l’objectif est de constituer 259 groupes d’épargne actifs, avec vingt membres en moyenne par groupe, répartis sur six communes d'intervention.

Un compte mobile a été ouvert pour chaque groupe par l'opérateur de services financiers numériques (SFN) Telma MVola.

L'intervention de l'UNCDF, mise en œuvre avec l’appui du cabinet Amarante Consulting, est un vrai défi, dans une zone caractérisée par l’insécurité et le phénomène "dahalo", du nom des voleurs de zébus, une pauvreté élevée, et des conditions climatiques difficiles.

Quelle est la situation dans ces communes ?

Dans la mise en œuvre de ce projet, l’UNCDF a essayé de comprendre la dynamique dans la région ainsi que les contraintes, en matière d'accès au financement, auxquelles font face ces populations. A travers des groupes de discussion et des entretiens approfondis avec les "paysans-leader" (chefs de groupe) et les agents de Mobile Money présents, des difficultés récurrentes sont apparues, dont :

  • Un fort niveau de pauvreté dans les régions de l'Androy et d'Anosy (respectivement de 97,2% et 88,2%), parfois entretenu par l'exercice d'activités génératrices de revenus non concluantes.
  • Un accès limité au réseau électrique et à l’énergie solaire, d’où un coût élevé des recharges de téléphones.
  • Une couverture du réseau téléphonique insuffisante par endroit dans cette région.
  • Pas ou peu de kiosques de Mobile Money, ni de guichets d’Institutions de microfinance dans certaines communes (Ivahona et Mahabo).
  • Une infrastructure routière en mauvais état, qui rend difficile et coûteux les déplacements vers des centres comme Betroka, où ces services financiers sont offerts. A titre d'exemple, le trajet de Mahabo à Betroka (50km) prend 6 heures. Le taxi-brousse met 4h pour faire les 25 km qui séparent Betroka et Ivahona, à un prix de 10.000 Ariary (environ 2,7 US dollars) – ce qui représente une charge importante pour cette population.

Comment introduire des SFN ?

Pour répondre à ces défis, UNCDF a entrepris plusieurs activités:

  • Développer les capacités des bénéficiaires : pour endiguer le haut niveau d'analphabétisme et la faiblesse de connaissances en matière de finance et de numérique dans la zone d'intervention, UNCDF a d’abord facilité les activités d'éducation financière et numérique en 2019 avec l’appui de l’Association Professionnelle des Institutions de Microfinance (APIMF). Un recyclage de ces formations est également intervenu en 2020. A ce jour, plus de 10 000 personnes en ont bénéficié des formations en éducation financière, dont 52% de femmes et 59% de jeunes de moins de 35 ans.

RAZANAMARO Christine, 36 ans, mariée, mère de 8 enfants, bénéficiaire de la première campagne d'éducation financière témoigne: « L'éducation financière m'aide beaucoup dans la gestion des finances de mon ménage. Maintenant, j'ai un objectif plus clair en épargnant. Mais j'économise aussi pour les imprévus. Je suis désormais également convaincue par les avantages des services de finance numérique. En fait, j'ai maintenant ouvert un compte Money Mobile et cela m'aide à économiser de l'argent. Le grand avantage est que je n'ai plus peur que les «dahalo» me volent mon argent ».

Sensibilisation des membres de groupes aux SFN par les équipes de Telma MVola-le partenaire d'UNCDF (Crédit photo: Amarante Consulting)
  • Équiper les bénéficiaires : le programme a doté d'un téléphone mobile et d'une carte SIM chaque groupe d'épargne lors de la deuxième phase de mise en place des groupes d'épargne mobile, en mars 2020. Les analyses de l'UNCDF ont démontré que l'acquisition de téléphones portables pouvait représenter un réel frein à l'adoption des SFN.

Distribution de téléphones mobiles et cartes SIM aux chefs de groupes (Crédit photo: Amarante Consulting)
  • Accompagner les bénéficiaires dans leur parcours client : en effet, les premiers mois d'utilisation sont clé pour permettre une adoption à long terme. Pour ce faire l’UNCDF, à travers son partenariat avec Telma MVola, le premier opérateur de Mobile Money à Madagascar, insiste sur l'accompagnement des bénéficiaires pendant au moins 3 mois. Au-delà du fonctionnement du service, des animateurs ont été recrutés pour aider dans la résolution de problèmes techniques que les bénéficiaires pourraient rencontrer ou encore les pertes de mots de passe. Un consultant expert en SFN est également basé dans la zone d'intervention, à Betroka, pour le suivi du projet et la remontée d'informations à l’UNCDF pour permettre une adaptation rapide des activités aux besoins des bénéficiaires.
  • Pour soutenir l’inclusion financière des bénéficiaires du projet AME, l’UNCDF fournit une assistance financière, sous la forme d'une subvention, à Telma MVola, l'opérateur de Mobile Money partenaire, sélectionné à travers un processus compétitif, pour son déploiement dans cette région. Cette assistance sert notamment à recruter et former de nouveaux agents Mobile Money, à dé-risquer l’investissement et accélérer la disponibilité des SFN dans la région. Il est à parier que sans de telles incitations, l'intérêt des opérateurs de Mobile Money dans cette région resterait limité. Cette démarche est de nature à permettre une mise à l’échelle à long terme dans cette région auparavant dépourvue de SFN.

Les clés de la réussite

Le projet d'appui aux mécanismes endogènes pour le dialogue communautaire et l’amélioration des conditions économiques des populations vulnérables dans le Sud de Madagascar (AME) est une priorité pour l’UNCDF. Sa réussite, mesurée notamment par le nombre de groupes d'épargne actifs et la fréquence d'utilisation des services, apportera une preuve de l’efficacité de ces modèles innovants de mobilisation de l'épargne via des groupes à travers les SFN, en particulier dans des contextes difficiles.

UNCDF appuie et continuera d'appuyer Madagascar dans ses efforts pour devenir une économie numérique inclusive, à travers des partenariats innovants avec les différents acteurs de l’écosystème. Cela permettra de rendre accessible et abordable un ensemble de services (finance, agriculture, énergie, éducation, santé et transport) indispensables aux populations les plus vulnérables – en phase avec les objectifs de développement durables.