CleanStart

Le défi

L’accès universel à l’énergie moderne est le moteur de croissance d’un pays.

Cependant, selon des estimations réalisées en 2013, 1,2 milliard de personnes (soit 17 % de la population mondiale), dont 95 % vivant en Afrique subsaharienne et dans les pays asiatiques en développement, n’ont pas accès à l’électricité. En outre, 2,7 milliards de personnes (soit 38 % de la population mondiale) cuisinent de manière traditionnelle et inefficiente avec des combustibles solides (source : World Energy Outlook [Perspectives énergétiques mondiales]).

Les femmes et les filles sont particulièrement concernées par la manière de cuisiner et de s’éclairer dans les foyers car ce sont elles qui, généralement, assument les responsabilités domestiques. L’énergie représente également une dépense importante des ménages. Une famille dans un village isolé de l’Ouganda peut dépenser jusqu’à 20 dollars US par mois pour acheter du kérosène et recharger des téléphones portables (source : CleanStart). La qualité de l’énergie a aussi une incidence sur la productivité, la sécurité et la santé des personnes ainsi que sur leur capacité à renforcer leur résilience face au changement climatique.

Grâce aux améliorations actuelles en matière de prix et de performance des produits solaires hors réseau, des équipements ménagers et des combustibles, les ménages et les entreprises en milieu rural peuvent désormais passer à un mode de vie moderne et économe en énergie. Cependant, l’accès aux financements, tant pour les consommateurs que pour les fournisseurs d’énergie moderne, constitue un obstacle majeur.

Notre contribution

Le programme CleanStart de l’UNCDF investit conjointement dans des innovations à un stade de développement précoce proposées par des institutions financières, des compagnies de distribution de l’énergie et d’autres fournisseurs de financements de gros ou de détail destinés aux énergies propres. L’objectif est de jouer le rôle de « chaînon manquant » du financement de l’énergie ainsi que de faciliter l’accès à des financements supplémentaires plus commerciaux pour déployer les modèles d’affaires éprouvés à grande échelle.

D’ici 2020, le programme CleanStart a l’intention d’investir 26 millions de dollars US dans six pays d’Asie et d’Afrique afin de mettre 500 000 personnes sur la voie des énergies propres, transformant ainsi le quotidien de plus de 2,5 millions de personnes. Il contribue à la réalisation de l’objectif de développement durable 7, qui consiste à garantir l’accès de tous à une énergie propre à un coût abordable.

Le programme repose sur quatre piliers :

  1. Le financement des énergies propres, afin d’incuber des modèles évolutifs de financement des énergies en partenariat avec 18 prestataires de services financiers et énergétiques, en proposant des subventions de capital-risque et/ou un refinancement concessionnel ;
  2. Une assistance technique pour des projets d’énergie propre, afin d’augmenter le potentiel évolutif des modèles de financement en fournissant un soutien à valeur ajoutée comme la mise en relation avec des experts et de nouveaux partenaires de la chaîne de valeur ;
  3. Les connaissances et la formation, afin de partager largement les savoir-faire en matière de mise en œuvre et de promouvoir la croissance axée sur le consommateur par le biais de recherches sur la demande;
  4. Le plaidoyer et les partenariats, afin de créer des écosystèmes de déploiement à grande échelle en partenariat avec diverses parties prenantes comme des gouvernements, des investisseurs et des partenaires de développement.

Le programme CleanStart utilise un mécanisme de financement des défis afin d’inciter les entreprises à investir dans la recherche d’innovations en matière de financement des consommateurs et de la chaîne de valeur. Le programme définit l’innovation comme suit :

  1. Un produit, une approche ou un service financiers inédits sur le marché ; ou
  2. Un modèle éprouvé qui peut rapidement être déployé à grande échelle dans d’autres secteurs ou zones géographiques ; ou
  3. Un nouveau format de partenariat (de financement ou autre) ayant des résultats concrets.

Et après?

Le programme CleanStart continuera d’incuber différents modèles de financement des énergies. Son portefeuille actuel comprend :

  1. Des institutions de microfinance de détail fournissant directement à leurs clients des prêts destinés aux énergies propres (pays : Cameroun, Éthiopie, Kenya, Népal, Ouganda, Tanzanie) ;
  2. Des prestataires de services énergétiques pratiquant le financement d’actifs par le biais de modèles numériques de paiement à l’utilisation (pays : Cambodge, Myanmar, Ouganda) ;
  3. Des banques de développement refinançant des portefeuilles de prêts destinés aux énergies propres (pays : Éthiopie, Népal).

En Ouganda, le programme CleanStart lancera trois nouvelles séries de défis pour soutenir les innovations dans les domaines suivants :

  1. Les moyens de cuisson non polluants ;
  2. L’énergie solaire à petite échelle ; et
  3. L’énergie solaire à grande échelle.

Deux documents de recherche sur la clientèle devront également être soumis :

  1. une enquête d’un an sur la consommation énergétique pour comprendre les tendances en matière d’utilisation de l’énergie solaire à petite échelle et le rôle du financement dans la facilitation de son adoption ;
  2. Un journal de bord de six mois étudiant la manière dont l’énergie est utilisée par les consommateurs par le biais d’entretiens bihebdomadaires.

Ce programme est actif dans les pays suivants

CleanStart en chiffres

14

Prestataires de Services Financiers (PSF)
et Énergétiques soutenus

51,000

Solutions Technologiques Propres facilitées par 11 PSF

3

Modèles de financement en incubation dans 8 pays

Reportages sur le terrain


Notre Équipe

Bangkok, Thaïlande

Vincent Wierda

Cleanstart Programme Manager

Hee Sung Kim

Programme and Knowledge Management Analyst

Benjaporn Yenseranee

CleanStart Project Associate